Mon fils, ma bataille

IMG_0683

Le mépris, la condescendance, le manque d’empathie, des ingrédients qui peuvent réveiller le colère d’un homme habituellement discret. Stéphane M. a décidé de faire du bruit pour alerter l’opinion publique sur ce qui se passe dans sa ville de Montreuil.

Une vidéo tourne beaucoup sur les réseaux sociaux ces derniers jours. On y voit un  jeune homme (Stéphane donc) raconter comment il a découvert ce que son fils avait subi au sein du centre de loisirs  de son école maternelle.

Rencontré hier, à Paris, Stéphane, 28 ans, m’explique qu’il a voulu rendre la chose publique car  il se retrouvait confronté à un mur notamment  avec la mairie et  l’école.

« Le maire n’a daigné s’adresser à nous qu’il y a seulement quelques jours, vendredi  1er juillet exactement, alors qu’il est au courant depuis plus de 10 jours. Il a d’abord vu les parents d’élèves de l’école avant de nous voir. L’école a même voulu organiser une réunion pour parler de cette affaire sans nous y convier, au départ. On a dû faire pression pour y assister. Mais ils ont appelé la police au cas où. Ils m’ont pris pour qui, je suis dans la douleur, ils ont cru que j’allais faire quoi…« 

Stéphane poursuit : « Je suis un homme discret. J’ai d’abord voulu comprendre ce qui s’était passé.  J’ai mis du temps à réaliser que mon fils avait été agressé sexuellement. Tu penses pas à ses choses là quand ton enfant te dit qu’il a mal quand il va aux toilettes. Quand j’ai compris ce qui avait pu se passer. J’ai eu honte, mon égo a été touché. Comment on a pu faire ça à mon enfant. Je suis comme tout le monde, on pense que ça n’arrive qu’aux autres jusqu’au jour où…« 

L’attitude des institutions (Municipalité, école) à son égard lui a donné la force de sortir de son silence et de parler, de se faire entendre.

IMG_20160704_162924
Stéphane M. face à la police devant la mairie de Montreuil , lundi 4 juillet.

Aujourd’hui, le parquet de Bobigny a classé l’affaire sans suite. A l’heure où j’écris cet article (mercredi 6 juillet, 14h00), la famille n’en a pas encore été officiellement informé. Ça n’entache en rien  la  détermination de ce jeune père de famille pour connaître la vérité. « Je viens de prendre une avocate. Elle va examiner le dossier et certainement demander sa réouverture. Je ne lâcherai rien. Je veux que justice soit faite. Les faits sont là. Mon fils de 4 ans ,examiné par plusieurs médecins, a eu une fissure anale. Je veux savoir ce qui s’est passé« .

C. raconte à ses parents que des camarades lui ont mis « des jouets dans les fesses ». Cela se serait passé pendant le temps périscolaire (responsabilité municipale et non éducation nationale). Comment  des enfants 4/5 ans peuvent faire ça à un autre enfant sans qu’aucun encadrant ne remarque quoi que ce soit ? Voilà la question centrale de cette affaire.

Manque d’encadrants dans les écoles REP

Montreuil, comme beaucoup de villes de banlieue, classées REP (réseaux d’éducation prioritaire), souffre d’un manque flagrant d’effectifs pour encadrer les jeunes enfants. Ces villes sont souvent contraintes à  essayer de boucher des trous à la va-vite quand elles le peuvent, à recruter  du personnel peu ou pas qualifié.  En mai dernier, l’association de parents d’élèves FCPE UCL Montreuil s’inquiétait déjà « concernant le mal être des personnels municipaux, de la dégradation de leur condition de travail (et des lieux accueillant les enfants). »  L’association demandait entre autres « un encadrement correspondant réellement au taux légal dans les centres de loisirs, et permettant la réalisation d’activités adaptées aux enfants. » Ce n’est pas un père en colère qui le dit mais une association de parents d’élèves qui « nous a pas trop soutenu dans cette affaire« , précise Stéphane.

Les changements demandés et espérés n’ont pas été fait ou alors les activités proposées sont très particulières. Ce qui est sûr dans cette triste histoire c’est qu’il y a un manquement dans l’encadrement. Ces problématiques sont souvent mises sous le tapis par les municipalités ou repousser à une date ultérieure jusqu’au premier caillou dans la chaussure de M. Le Maire. Là, il  vous jurera que l’éducation des enfants est sa priorité. Mais toi en tant que parent tu vois bien au quotidien que vous n’avez pas la même définition du mot priorité.

Ce manque de prise en compte des doléances de ses administrés et notamment celle concernant les enfants fait aujourd’hui une victime. Un petit enfant de 4 ans n’est déjà plus  le même. « Mon fils a beaucoup changé. Il n’a plus la même joie de vivre. Il mange peu alors qu’avant c’était plutôt un bon mangeur comme son petit frère, raconte Stéphane. Ces dernières semaines, il refusait d’aller à l’école sans qu’on comprenne pourquoi. Je m’en veux, un peu, de l’avoir parfois contraint à y aller. Si seulement je pouvais revenir en arrière…  Avec ma femme, on fait en sorte de ne pas parler de cette affaire devant lui. C’est un petit très éveillé, il comprendrait tout. Depuis on l’a, bien sûr, retiré de l’école, il est souvent chez des membres de la famille afin qu’il puisse se changer les idées« 

Stéphane et sa compagne Tatiana, 25 ans, sont aussi fatigués par tout ça. « Je ne sais pas comment ma femme tient, c’est elle qui a découvert l’état dans lequel était notre fils. Nos enfants c’est tout pour elle. Je suis avec une femme forte, je le savais déjà mais elle le prouve encore une fois. On se soutient mutuellement dans cette épreuve. On en a connu d’autres ensemble. On les a traversé. On traversera celle-là aussi« .

IMG_20160704_163054
Une centaine de personnes était présente, lundi 4 juillet, pour soutenir la famille.

Les soutiens de ceux qui manifestent à leur coté à Montreuil, le soutien des gens sur les réseaux sociaux leur donnent de la force. « La force de se battre, de garder notre calme, d’être dignes. Je remercie tous les gens qui se mobilisent. Ça fait chaud au coeur, exprime Stéphane avec émotion. Je ne m’attendais pas à ça. J’en profite pour dire que ce n’est pas une histoire d’enfant noir, c’est d’abord l’histoire d’un enfant, la couleur importe peu; c’est l’histoire  de tous les enfants de  Montreuil. C’est l’histoire de tous ceux qui subissent ce genre de chose et qui sont réduits au silence, l’histoire de toutes ces familles qui ont honte de parler. Il faut parler. Ensemble, on est plus fort. C’est avec la mobilisation qu’on avance« 

Quelque soit la conclusion de cette sordide affaire. Le petit C. est une victime qui sera marqué certainement à vie par cela. Certains ont tendance à l’oublier. Le maire a décidé de porter plainte pour diffamation contre la famille. L’association de parents UCL FCPE aussi pour diffusion d’image sans autorisation. Cette plainte vise le le M-UDC ( Marron Unité Dignité Courage), un mouvement panafricain qui soutient la famille.

Agression sexuelle ou « jeux d’enfants » qui auraient mal tourné, il s’est passé quelque chose dans cet établissement. Et c’est ce que Stéphane M, le papa de C., veut savoir  « Aujourd’hui, c’est ma cause. Je me lève et je me bat pour ça. J’irais jusqu’au bout. Je me bats pour l’honneur de mon fils« 

Just see real

NB : – La pétition qui réclame justice et vérité sur cette affaire est,  à ce jour  (dimanche 10 juillet) à près de 50 000 signatures.

– Une marche pour la justice est organisée jeudi 14 juillet, départ à 14h  Place de la République à Paris.

 

Publicités

11 réflexions sur “Mon fils, ma bataille

  1. Bonjour
    Ou en etes vous de ce combat que vous menez avec courage ?
    Que justice soit faite et que votre enfant grandisse dans les meilleures conditions.
    Vous etes un bon père et votre petit a beaucoup de chance de vous avoir.
    Tenez bon. Ne lachez rien.

  2. Ce n’est pas un manque de personnel,c’est le personnel Jean foutiste qu’ils emploi….Partout dans les écoles on voit ce genre de choses arriver…..Que font les atsem etc ??? Ils papotent et boivent leur petit café assise collé le cul sur un banc !😠😠😠 Même à l’école nos enfants ne sont pas en sécurité,on à même peur de les confier.

    1. Vrai ce que vous dites
      une àncienne Atsem a meme demissionné de son poste
      selon elle . c est catastrophique la maltraittance envers les petits de maternelles
      ou certains enfants sont laissées en pleure sans reconfort . parfois couches souillées et changé vite fait avant l heure des parents . dit que ca marche a la tete de l enfant qu il y a des chouchoux et tetes de turc . Moi mm j ai eu bcp de mal a le croire . ayant travaillé 13ans en geriatrie j ai egalement ete temoins de maltraittance envers les personnes agées. et je me rend a l evidence
      que ce fleau malheureusement se vit egalement en maternelle . le pire serait les enfants en bas ages ce qui ne peuvent s exprimer .

  3. Je suis choquée de voir un tel mépris pour ses parents en détresses qui demande de l’aide à notre justice qui n’en fait rien. A aucun moment on entends que les encandrants de cette école sont interrogés par la police. Aucun manque d’effectif n’excuse ceci. C’est très très grave. Un enfant de 4 ans innoncent est remis en question. Où est la justice. Je connais la maman de la maman et ce n’est vraiment pas le genre de personnes à se mettre au devant de la scène pour faire le buzz. La vie de leur enfant a été souillé. Comment vont ils expliquer à leurs enfants que le coupable court toujours, que les témoins n’en ont rien à faire. Et si c’était leurs enfants ??? Et l’enfant et ses parents vont ils reprendre confiance au service éducatif? Je suis moi même maman et je me dis maintenant je ferais encore plus attention car j’ai des jumeaux qui rencontrons en maternelle l’an prochain et ça fait peur. Ce sont des bébés innoncents que l’on confie en pensant qu’ils son en sécurités, surveillés etc.

  4. Voilà où en est l’école aujourd’hui …une garderie de luxe sans encadrant sur assortis …
    Retour aux horaires normauX..
    Que les parents disent non à ces horaires délirants qui n’arrangent personne ,épuisent les enfants et font des trois dans les emplois du temps sans moyens pour les boucher …Honteux ,..scandaleux

  5. Article révoltant.
    Je trouve écœurant que l’affaire ait pu être classée sans suite, d’autant plus qu’un petit garçon de 4 ans est concerné.
    Et je suis choquée que personne ne cherche à savoir ce qui s’est réellement passé, sachant les risques potentiels que cela fait peser sur les autres enfants.
    J’espère vraiment que l’avocat(e) mandaté(e) par la famille réussira à faire rouvrir l’enquête (après tout la prescription n’aura lieu qu’au 28 ans de l’enfant) et que toute la lumière sera faite sur ces événements.
    Je suis de tout cœur aux côtés de la famille dans leur démarche.
    Merci d’avoir partagé ces informations. En espérant qu’elles fassent réagir.

  6. Un bel article merci Cyril.. Un lien sur les csqs des violences faites aux enfants qui peut t intéresser. Tu fais un beau travail!!! A+ Maud

    Get Outlook for Android

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s